Le tatouage stick ‘n’ poke

Le tatouage est aujourd’hui une pratique de plus en plus courante considérée comme un art malgré ses réfractaires. On le voit sur de plus en plus de peaux et il est généralement fait au dermographe ( machine à tatouer ). Cependant, certains se font encore tatouer à la main et à l’aiguille, c’est ce que l’on appelle le tatouage stick ’n’ poke. Il peut trouver différentes explications : 

Une tradition

Le tatouage était originellement réalisé à la main, cette pratique a sûrement toujours existé avec l’humanité puisqu’on en retrouve des traces au néolithique tandis que le dermographe ne fut inventé qu’à la fin du XIXeme siècle. Le tatouage à la main a donc longtemps subsisté dans les sociétés traditionnelles, certaines tribus le pratiquent encore en tant que rite. On le retrouve encore au Japon chez les yakuzas, leurs tatouages sont réalisés à l’aiguille et au bâton durant plusieurs années. De plus, certains pratiquent désormais le stick ‘n’ poke comme un retour aux sources du tatouage bien que leur tatouage ne soit pas lié aux traditions d’un peuple en particulier.

Un descendant du tatouage de prisonnier

Pour s’affirmer, intimider, montrer qu’ils faisaient partie du « milieu », faire comme les autres et aussi passer le temps, les prisonniers et criminels se tatouaient. N’ayant pas accès à de vrais dermographes, ils pratiquaient le stick ‘n’ poke. En France le tatouage de prison prit le terme d’argot « la bousille » et on pouvait retrouver dans cette bousille des motifs récurrents: les femmes qui leur manquaient, les serpents et dagues (symboles de vengeance), les navires, les proverbes, en sont quelques exemples. Encore aujourd’hui, le tatouage est très répandu chez les criminels. Aux Etats-Unis, 85% des prisonniers de moins de 35 ans sont tatoués.  Le stick ‘n’ poke peut être un hommage à ces tatouages criminels.

1f9fc7_a3300b49b3fe49138cc27763f5a864f5mv2
DELARUE Jacques, GIRAUD Robert. Les Tatouages du “milieu”

Une beauté sublimée par l’imperfection

Pour beaucoup, un tatouage est beau lorsqu’il n’a aucun défaut technique, ses lignes doivent être fines et nettes. Le stick ‘n’ poke ne répond pas à ces critères. Souvent l’encre s’étale plus sous la peau, les traits sont donc un peu plus épais et moins intenses. De ce fait, ces tatouages sont souvent plus minimalistes mais cela n’empêche pas de réaliser de grandes pièces (avec beaucoup de courage car la stick ‘n’ poke prends plus de temps à réaliser). Le stick ‘n’ poke donne donc un rendu différent mais qui possède néanmoins son charme au yeux de certains.  Après tout il y a une certaine beauté dans chaque chose et  dans toute imperfection.

tumblr_ox9psjwg2a1uof2uao1_500
Tumblr

Le tatouage plus abordable

La principale explication du renouveau du stick ‘n’ poke se trouve dans son prix.  Un tatouage en salon requiert des produits neufs et stériles ainsi que du matériel pour stériliser la peau et la surface de travail. Il faut aussi que la tatoueur touche son salaire et paie son local, le prix d’un tatouage en salon doit donc couvrir tout cela. Le stick ’n’ poke, dans l’absolu, ne nécessite qu’une aiguille et de l’encre. Même en payant en plus de quoi avoir des conditions hygiéniques correctes (souvent imparfaites) pour limiter le risque d’infections, le stick ’n’ poke revient souvent bien moins cher. Il gagne donc en popularité dans les milieux étudiants où il peut se faire soi-même ou entre amis. Il existe cependant des salons où l’on pratique le stick ’n’ poke en respectant donc toutes les normes hygiéniques.

Quelques tatouages stick ‘n’ poke

Le stick ‘n’ poke continuera-t-il sa réapparition dans le monde du tatouage ? Seul le temps le dira. Si ce genre de tatouage vous intéresse et vous songez à en faire, le Mooz vous recommande tout de même de prêter attention aux conditions hygiéniques afin éviter toute infection. En effet, bien qu’il soit réalisé différemment, le  stick ‘n’ poke requiert tout autant de précaution avant et après le tatouage car il présente les mêmes risques.

Si cette article vous a plus, nul besoin de vous tatouer le logo du Mooz à la main. Cependant n’hésitez pas à l’aimer, le partager et nous commenter vos opinions!

Article et couverture par Emma Meirhaeghe

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :