JEANNINE, OU L’OCCASION POUR LOMEPAL DE NOUS MONTRER PLUS DE LARMES

Ce vendredi 7 décembre, à minuit, le deuxième album solo de Lomepal, Jeannine, est né. Dans cet album, Lomepal ne se pose plus la question entre chant et rap, il écrit en fonction de ses envies et de l’inspiration procurée par les prod de Vladimir Cauchemar, Stwo qui le suit depuis ses débuts, Superpoze qui avait déjà fourni certaines instrus pour FLIP, VM The Don, Mohave, Pierrick Devin et enfin Lomepal.

Les 17 titres énoncent la vie de Jeannine Rose Pambrun, sa grand-mère, d’ailleurs 3 interventions de la mère de Lomepal nous aide à en savoir plus sur cette dernière (Skit Mamaz, à la fin de Beau la folie et à la fin de Plus de larmes) mais également sur ce qu’elle  lui a transmis. Dans cet album, Lomepal n’est le porte-parole de rien d’autre que de son histoire. Jeannine, c’est elle : « guidée par ses croyances jusqu’au bout du monde pour le sauver naïvement, en rentrant, quand la douane lui a demandé de présenter son identité, elle a souri tout en déchirant ses papiers ». (Beau la folie)

La playlist gratuite de Jeannine, pour ceux qui n’ont pas de plateforme de stream 

Jeannine était diagnostiquée comme étant folle, folie que tout le monde caractérisait comme étant une maladie mais Lomepal, lui, la désigne comme un pouvoir que sa grand-mère lui a transmis et l’accepte entièrement, il en fait une différence : « viens pas nous voir chez les fous tu pourrais gâcher la fête » (Ma cousin) que les gens ont du mal à accepter car selon la maman de Lomepal dans Skit mamaz « quelqu’un qui accepte la folie de quelqu’un d’autre est nécessairement fou », dans Ne me ramène pas il le dit d’ailleurs « ma grand-mère m’a transmis son pouvoir et dès que je m’en sers je me mets à dévier » .

Le rappeur ne pense pas qu’il puisse y avoir de calmant qui réussisse à calmer ce pouvoir. Jeannine est morte d’un cancer quand Lomepal n’avait que 9 ans, il ne l’a donc pas beaucoup connu mais a un souvenir d’une bonne relation avec elle. Bien qu’il n’ait passé que très peu de temps avec elle, il connaît ses histoires par cœur surtout grâce à sa mère qui lui racontait ses aventures avec passion à 4h du matin dans la cuisine. Skit mamaz, qui introduit le morceau Beau la folie, est un extrait d’un enregistrement de sa mère qui traite du séjour que Jeannine a passé en hôpital psychiatrique, durant lequel un docteur a considéré qu’elle n’avait rien à faire ici, et que tous les fous n’avait pas nécessairement leur place dans ces hôpitaux.

View this post on Instagram

Font plaiz les retours

A post shared by Lomepal (@antoinelomepal) on

Le rappeur, le jour de la sortie 

Lomepal évoque tout le long de l’album les difficultés qu’il a rencontré au sein de sa famille, il la regrette et pense que sa grand-mère ne serait pas morte si sa famille n’était pas aussi malsaine et qu’ainsi il l’aurait connu un peu plus. Que ce soit dans ses interviews ou dans Beau la folie, Lomepal ne cache plus la haine qu’il éprouve envers son grand-père qui a détruit « sa mère et sa grand-mère avant elle » bien qu’il l’ait fait pendant trop longtemps.

Ce qui ne changera sûrement jamais c’est l’attachement que Lomepal a envers ses amis et on comprend grâce à cet album que s’il aime autant ses amis, qu’il considère comme sa famille, c’est à cause du déchirement et de l’éloignement des membres de sa famille biologique. Dans Cinq doigts (le featuring avec Philippe Katerine) il utilise la métaphore connue des cinq doigts de la main pour qualifier leur amitié, « comme les 5 doigts de la main on ne sait pas faire la même chose, mais on sait juste une chose : on vivra toujours sur la même main ». Cette collaboration était très attendue surtout depuis l’intervention de Katerine dans le Planète Rap de Lomepal qui a étonné tout le monde mais qui n’a probablement déçu personne.

katerine-lomepal
Felipe Barbosa pour Lesinrocks

Cet album c’est aussi pour le rappeur l’occasion de se dévoiler un peu plus.
Si Lomepal se considère encore comme un « môme » et ce « jusqu’à la mort », n’oublions pas que dans Flip le rappeur nous annonçait qu’il était devenu adulte à 13 ans, alors il n’est pas surprenant de retrouver une fois encore certaines phrases qui nous rappelle la maturité qui caractérise Antoine Valentinelli, notamment dans le morceau Beau la folie « y’a des choses que j’aurais jamais voulu comprendre en grandissant ».
Que ce soit dans ses anciens projets, dans Flip et maintenant Jeannine, Lomepal n’a jamais cessé d’évoquer son mal-être au sein de la société qu’il appelle « machine » à de multiples reprises dans l’album. Quand il parle à un fan (Évidemment) ou dans les fêtes et les bars (Plus de larmes) il ne se sent jamais à l’aise, « t’es différent des autres, on en a rien à foutre alors tu te sens seul même dans la foule » (Beau la folie) , « L’enfer c’est les autres sauf que sans les autres t’es encore plus mal » (X-men).


Grâce à la notoriété que lui a apporté Flip, le rappeur a enfin trouvé la confiance en lui qui lui manquait, d’ailleurs le morceau Ma cousin est un morceau que l’on peut caractériser d’égotrip, qui est aussi un des principales attraits de la plume de Lomepal, grâce à ses punchlines telles que « Ma cousin désolé si mon bonheur te gêne, j’suis beau, j’suis fêlé et les moqueurs se jettent » mais encore « tu supportes pas ma gueule c’est parfait, j’ferais en sorte que tu la vois partout » . Néanmoins, les codes de la société ne lui conviennent toujours pas et ne lui conviendront probablement jamais, il l’explique dans 1000°C « j’suis triste et les faux sourires c’est pas mon créneau » ou alors dans Le lendemain de l’orage « si t’es con, tant mieux pour toi, bienvenue dans le monde merveilleux des fourbes ». Il sent l’écart entre lui et les gens qu’il qualifie comme normaux se creuser mais il l’accepte désormais et n’a d’ailleurs d’autre choix car il avoue ne pas être un assez bon menteur pour pouvoir se mentir à lui-même dans Le vrai moi. Cependant ses blessures demeurent incurables, « ma tête bug, ça changera pas » (Le vrai moi) « Y’a pas de remèdes à se sentir seul » (Ne me ramène pas).

Le premier clip de l’album feat. Roméo Elvis, par Adrien Lagier et Ousman Ly

Maintenant qu’il a accepté ses faiblesses, il ne sent plus invisible bien qu’il ait passé des millions d’heures seul dans le noir et admet désormais vouloir briller comme l’or (Évidemment), Lomepal veut vivre une vie pleine de rebondissements et d’aventures,
« j’suis pas là longtemps et j’ai toute une liste à cocher » (Ma cousin), il annonce ne pas vouloir de la vie sage de King-Kong mais plutôt sa mort : au sommet.
Cet opus aussi complet soit-il trouve également sa plénitude parmi les quelques références parsemées par l’artiste : le morceau Dave Grohl est une dédicace au batteur de Nirvana et des Foo Fighters, et rappelons que Lomepal avait déjà mentionné Nirvana dans le morceau Palpal « que du love jusqu’à la mort, le nirvana dans le corps comme Cobain ». Également, dans le morceau Le lendemain de l’orage on sent un rappel au morceau Bécane de son ancien album dont la première phrase du refrain était « Rappelle toi avant l’orage » et ici dans le premier couplet on peut entendre « Le lendemain de l’orage j’ai pas perdu la mémoire » . Les deux skit ( Mamaz et Roman) nous rappelle également le skit skate du précédent album du rappeur. Le Skit Roman introduit quant à lui le morceau La vérité en collaboration avec le rappeur OrelSan, collaboration qui était elle aussi très attendue par les fans.

lomepal-les-inrocks.jpg
Alexandre Haefeli pour Lesinrocks

Pour conclure, si Lomepal a décidé d’enregistrer cet album en étant inspiré par les nombreuses aventures de sa grand-mère, c’est pour pouvoir mieux comprendre qui il est aujourd’hui et ce qui l’a mené à devenir comme ainsi. Dans cet album, le rappeur se met à nu afin que ce ne soit plus Lomepal, le personnage, qui nous raconte ses histoires, mais bien Antoine Valentinelli. L’occasion donc, de faire tomber les masques. Il nous narre son récit pour mieux vivre le présent et appréhender un avenir que l’on lui espère meilleur.

En bref :
Note de la rédaction : 8/10

Ce qu'il faut retenir : un album plus triste que le précèdent, plus personnel, relatant les angoisses de Lomepal

Nos titres favoris : Trop Beau, Le Vrai Moi, Ma Cousin

Par Mona Gramdi

Tu veux plus de MOOZ ? On te comprend… Rejoins-nous ici :

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :